Théo Kaczmarek dans Paris Normandie

Joueur de Mesnil-Esnard/Franqueville en Prénational, Théo Kaczmarek officie également le samedi en tant qu’arbitre. Une double casquette qu’il gère au mieux.
theoan
Théo Kaczmarek est joueur à Mesnil-Esnard/Franqueville mais aussi arbitre officiel
Théo Kaczmarek est joueur à Mesnil-Esnard/Franqueville mais aussi arbitre officiel

CLAUDE SEVENO

Avec 18 points inscrits samedi dernier (NDLR : il a terminé meilleur marqueur du match), Théo Kaczmarek (19 ans) a grandement contribué au succès du BC Mesnil-Esnard/Franqueville aux dépens de Bosc-Roger (80-73). Un troisième succès de suite pour les banlieusards rouennais après un départ difficile marqué par sept défaites d’affilée. « En début de saison, nous étions inquiets, avance Jean-François Manzolini, le président du BCMEF. Mais aujourd’hui on refait surface. Un peu grâce à Théo et son adresse mais aussi à la confiance qu’il apporte au sein de l’équipe. Sans lui, on ne serait pas aussi bien classés (8e). » Etudiant en médecine (2e année), il a lancé ses premiers ballons au GCO Bihorel. « J’ai choisi le basket car j’étais un peu plus grand que mes camarades de classe en CM1. » Il y restera cinq saisons avant de rejoindre le SPO Rouen pour y jouer une saison avec les minimes France, tout en intégrant le pôle Espoirs, puis une autre avec les cadets région. C’est ensuite le retour à Bihorel où il signe sa première licence senior et où il découvre la N3 sous les ordres de Loïc Breton. Après une année sabbatique pour se consacrer à sa première année de médecine, Théo Kaczmarek a choisi de s’engager avec le BC Mesnil-Esnard/Franqueville l’été dernier. « Pour prendre avant tout du plaisir sur les parquets en compagnie de mon co-loc (sic) Thomas Goria qui m’a incité à venir le rejoindre au club. »

Un avenir à dessiner

Basketteur dans l’âme, l’ailier (1,92 m, 85 kg) s’est découvert une passion pour l’arbitrage. « Lors des matches de jeunes, indique-t-il. Tous les samedis, selon mes disponibilités. Au niveau départemental voire régional. J’ai commencé quand j’étais lycéen, pour gagner un petit « billet » afin de me faire un peu d’argent de poche. Et j’y ai pris goût. D’autant que cela se passe plutôt bien. Les gamins sont très respectueux envers les arbitres. » Fine gâchette du BCMEF, le natif de Mont-Saint-Aignan ignore aujourd’hui de quoi sera fait son avenir de basketteur. « Peut-être à Mesnil-Esnard ou… ailleurs. Mais si je pars, ce sera pour jouer au niveau supérieur. Pour l’heure, et après un début de saison compliqué où, pour la plupart d’entre-nous n’avions jamais joué ensemble, on commence maintenant à avoir des automatismes. Les qualités individuelles se mettent au service du collectif. Du coup notre objectif est de poursuivre notre progression au classement. »

Une progression qui passe dimanche pour le dernier match de l’année 2016, par la réception d’Oissel, le dauphin de Vernon, l’actuel leader.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *