«

»

Mai 29

Imprimer ceci Article

Marie Canhan, notre arbitre JPR

Peux tu te présenter ?

Marie, 26 ans, je travaille dans le marketing digital à Habitat 76.

Depuis combien de temps es tu au BCMEF ?

J’ai commencé le basket à l’âge de 6 ans. J’ai joué jusqu’à mes 16 ans, puis j’ai arrêté pour me consacrer intégralement à l’arbitrage. J’ai repris un peu en loisirs, il y a 2 ans. J’aimerais reprendre en compétition l’année prochaine.

Quand as tu commencé l’arbitrage ?

J’ai commencé à arbitrer vers 13/14 ans sur les samedis après-midi pour dépanner le club, puis j’y ai pris goût et j’ai passé la formation à l’âge de 16 ans.

Qu’est ce qui te plait dans l’arbitrage ?

Ce qui me plaît, c’est l’adrénaline, la passion commune du sport, même si on a des rôles différents suivant les acteurs et le jeu.

Quel est ton parcours en tant qu’arbitre ?

A 16 ans, j’ai commencé à arbitrer en département le dimanche matin. Ma première saison, j’ai arbitré exclusivement avec mon grand frère, qui lui aussi était arbitre. Je suis restée quelques années en département puis j’ai commencé à arbitrer le samedi après midi des jeunes région, tout en donnant un coup de main au club.

J’ai ensuite fais les formations pour accéder au niveau régional. Il y a 2 ans j’ai intégré le groupe JPR (Jeune Potentiel Régional) qui permet d’officier des rencontres de championnat de France jeunes et de la National Féminine 3. J’aurais aimé avoir l’opportunité à la fin de cette saison d’accéder en fédéral, mais la saison est terminée et il n’y a aucune montée pour les arbitres non plus cette année.

As tu aimé enseigne l’arbitrage à des jeunes cette année ? 

J’adore transmettre ma passion et faire découvrir des talents parmi les joueurs.

Quels sont les difficultés que l’on rencontre quand on est arbitre ?

Il y en a plusieurs : la connaissance du jeu, la gestion de l’erreur, car un arbitre est avant tout humain et peut faire des erreurs comme un joueur qui loupe un panier. Il faut également avoir une forme physique constante.

Que dirait tu aux jeunes pour les inciter à arbitrer ?

Honnêtement, l’arbitrage m’a fait gagner en confiance et m’a fait grandir. En plus de ça, cela permet de se faire un peu d’argent.

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.bcmef.fr/2020/05/marie-canhan-notre-arbitre-jpr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *